Vivre du stress est une réponse saine et normale de l’organisme lorsqu’il est confronté à une situation à laquelle il doit s’adapter. Or, lorsque le système de réponse aux stress est trop souvent sollicité et en alerte, il en résulte généralement un épuisement et parfois même des problèmes d’anxiété et de dépression. Habituellement, on parle d’anxiété lorsque le stress du quotidien devient envahissant au point d’affecter notre fonctionnement. Différents symptômes peuvent alors être vécus tels que des appréhensions, de l’irritabilité, des palpitations, de l’insomnie, des étourdissements, de la difficulté à respirer, de l’agitation et des tensions musculaires. De plus, un sentiment de perte de contrôle ou de devenir fou peut survenir, de même que des comportements d’évitement. Voici quelques chiffres alarmants démontrant l’ampleur de ce problème de santé mentale souvent banalisé :

  • Près de la moitié des gens estimant avoir déjà été atteints de dépression ou anxiété n’ont jamais consulté un médecin à ce sujet (Douglas, 2021)
  • Au 31 mai 2020, 12 % des répondants présentaient une détresse psychologique problématique et 13 % avaient une perception négative de leur santé mentale. Plus du tiers disaient se sentir davantage anxieux (INSPQ, 2020).

Ce qu’il faut savoir c’est que l’anxiété est une émotion courante que tout le monde peut vivre un jour ou l’autre. Déjà en 2002, 11,2% des personnes âgées de 15 ans et plus affirmaient avoir déjà souffert de troubles anxieux au cours de leurs vies[1]. Les femmes étaient généralement plus nombreuses que les hommes à souffrir de l’un de ses troubles[2]. Généralement, on définit l’anxiété par une réaction émotive provoquée par l’appréhension d’événements pénibles ou par l’anticipation d’une menace future.

Bien que le stress puisse améliorer nos performances physiques et intellectuelles dans une certaine mesure, il n’en demeure pas moins qu’il peut persister et venir altérer de manière plus ou moins représentative de notre fonctionnement social. Lorsque l’intensité de celui-ci affecte votre quotidien et entraîne une certaine souffrance, différents moyens et pistes de solution peuvent être mis de l’avant pour contrer ou diminuer ses effets, parallèlement ou non à un soutien médical, pharmacologique et psychologique. Parmi ceux-ci, nous comptons entre autres :

  • La compréhension de la problématique et ses effets sur soi;
  • L’adoption de saines habitudes de vie;
  • La résolution de problèmes centrée sur l’action;
  • L’affrontement de ses peurs :
    1. En évitant les situations anxieuses, on diminue certes notre malaise sur le coup, mais on contribue surtout à maintenir, voire même augmenter notre anxiété à long terme.
    2. De ce fait, il est souhaitable de miser sur nos capacités et d’apprendre à tolérer l’inconfort;
  • La modification de nos perceptions et de nos façons d’aborder les événements;
  • La gestion des émotions et le lâcher-prise.

Il est normal de vouloir contrôler les risques qu’un événement se produise. Toutefois, lorsque la situation nous échappe ou que nous sommes confrontés à une certaine résistance, il se peut que nous redoublions d’efforts afin de reprendre le contrôle. Or, ceci a souvent pour effet de générer du stress voire de l’anxiété chez certains. Dans pareil cas, il est préférable de mettre en place des comportements favorisant le lâcher-prise plutôt que d’insister et de s’acharner.

En misant sur ces différents aspects, vous pourrez certainement mieux gérer les manifestations de votre anxiété, mais aussi reprendre un certain contrôle sur votre existence.

Si vous souhaitez être accompagné dans l’appropriation de ces diverses notions et développer une certaine autonomisation, sachez que nous offrons des ateliers de groupe portant sur l’autogestion de l’anxiétéet que nous sommes un fier dispensateur de cette approche développée par Relief.

Par le biais de 10 séances de 2h30, vous vous familiarisez avec quelques outils et stratégies pouvant vous aider à reprendre du pouvoir sur votre anxiété, à développer une santé mentale positive et, ultimement, à prévenir l’apparition d’épisodes anxieux.

Information importante à retenir pour le lancement officiel des ateliers de groupe :

  • Début: Mardi le 14 septembre 2021 (durée de 10 semaines)
  • Horaire: 9h à 11:30
  • 1ere Thématique: L’autogestion de l’anxiété
  • Tarif: Gratuit uniquement pour le lancement officiel des formations
  • Lieu: Virtuel
  • Nombre maximal de participants: 15

Contactez-nous pour en discuter ou pour vous inscrire 

Kim Benoît à kbenoit@doc-sc.com Coordonnatrice des services professionnels

 

Article rédigé par Claudia Labbé,

Travailleuse sociale chez Doc Formation

 

 

[1] Selon les données au Québec de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes
[2] Selon les données au Québec de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes